LE CERCLE S’INTERESSE A L’ESPACE

Le 19 septembre 2018 les Membres du Cercle ont pu bénéficier d’une excellente introduction aux défis actuels qui se posent dans l’espace.

 

Mme Muriel Richard-Noca, responsable du projet CleanSpace One au Centre Spatial de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et M. Luc Piguet, CEO et Cofondateur de ClearSpace, start-up basée à l’EPFL (tous deux au centre dans la photo), nous ont entretenus sur les recherches et les jeunes pousses récemment développées en Suisse. Voulant acquérir un rôle pionnier dans le domaine, l’EPFL a développé et lancé en septembre 2009 le SwissCube, un nano satellite cubique mesurant dix centimètres. Aujourd’hui les applications pour ces satellites de petites tailles sont multiples : observation terrestre avec des applications pour le soutien à agriculture, soutien à la logistique des transports maritimes, aériens, télécommunications. Ces satellites de petite taille rendus possibles par la constante miniaturisation des technologies de l’information permettent de fournir des services satellitaires à moindre coût. D’innombrables satellites sont aujourd’hui sur orbite dont le plus grand nombre sont hors service. Ces satellites présentent des risques de collision qui, le cas échéant, génère des nuages de débris circulant en orbite à de très hautes vitesses (7 Km/s en orbite basse) qui peuvent à leur tour enter en collision avec d’autres satellites.  L’élimination des satellites hors d’usage devient ainsi cruciale. ClearSpace et l’EPFL développent un nouveau concept permettant de capturer des satellites hors d’usage dans l’espace et de les faire rentrer dans l’atmosphère de manière à éviter l’encombrement des orbites dans l’espace et limiter les risques de collisions, et d’éviter la pollution spatiale. Cette méthode sera utilisée pour la première fois pour le retour du SwissCube.  Cette mission de démonstration est prévue pour 2023.

Les Membres du Cercle ont été très honorés d’avoir été sensibilisés par des experts aussi qualifiés qu’innovants sur l’état d’urgence spatial et les développements liés à son usage rationnel. Ce n’était pas la première fois que le Cercle abordait cette question, mais cela remonte toutefois au 25 avril 1969, lorsque le Secrétaire général de l’UIT, Mohammed Rili s’était exprimé sur les télécommunications par satellites.